Motion Catalogne adoptée le 30 septembre 2017 par la coordination nationale Caminar

NON à la , POUR une solution politique.

Nous, associations issues de l’exil républicain, rappelons que la e, renversée par un coup d’état soutenu par les nazis allemands et les italiens, avait reconnu le caractère plurinational de l’Espagne. La transition de 1978, en maintenant une monarchie et des structures héritières du franquisme, a empêché qu’un dialogue serein et constructif s’instaure entre les nations qui composent l’Espagne.

Notre ne peut se désintéresser du débat qui agite l’Espagne et singulièrement la Catalogne.

Le peuple catalan manifeste le souhait de se prononcer sur le maintien de la Catalogne au sein de l’Espagne, ou son indépendance. Cette aspiration doit être entendue, quelle qu’en soit l’issue. Pourtant le gouvernement dirigé par Mariano , invoquant la constitution e, a fait le choix de s’y opposer. Ce faisant, il bafoue le droit d’un peuple à disposer de lui-même. Le droit interne ne peut être invoqué pour nier un droit fondamental et inaliénable.

Dans toute , le droit concourt à l’expression et à l’application de la volonté du peuple ; il ne peut servir d’instrument pour tenter de le réduire au silence.

Non content de s’opposer à l’expression démocratique, le gouvernement utilise le bras armé de la . Des sites internet faisant la promotion du référendum sont fermés, du matériel électoral confisqué. Des élus catalans sont poursuivis, certains placés en détention. Le Ministère public vient d’engager une action pour sédition pour les manifestations qui se déroulent en Catalogne. Ainsi que le fait observer Baltasar Garzon, ancien magistrat, « No puedes criminalizar a 700 alcaldes que aún no han cometido delito ».(On ne peut pas criminaliser 700 maires qui n’ont pas encore commis de délit)

Ce déni de la , cette , sont indignes ; ils sont dangereux.

La ne réglera rien : bafouer ce droit de vote, c’est accroître les tensions qu’ont nourries et entretenues depuis des mois des politiciens corrompus et sans scrupules. Bafouer ce droit de vote, c’est ajouter à leurs exactions et éviter que ne soient mises en cause des politiques qui plongent dans la misère et le désespoir des pans entiers de la société e. Ceux-là même qui invoquent la nécessaire « convivencia » pour taire dans l’oubli les crimes de leurs pères spirituels, font courir aux peuples d’Espagne un risque insensé.

La crise actuelle appelle une solution politique impliquant toutes les composantes de la société et des peuples d’Espagne, dans le respect de leur droit à décider de leur avenir.

La et la justice sont les seuls gages de la paix.

—————————————————————————————————————————————————

-s d’Espagne a participé au

CINESPAÑA 

29 septembre – 8 octobre 2017

22ème édition

Articles contenant des mots-clés en relation

Avatar

Author: IRIS - Mémoires d'Espagne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.