Les Sévillanes n’oublient pas et le martèlent

1936-2013, , « Las mujeres, no olvidamos »

Les danseuses de flamenco, vêtues en habits de deuil, dansent et talonnent sur la pierre tombale du général Queipo de Llano, de sinistre mémoire, qui a ordonné les viols et les assassinats de à Séville et en Andalousie de juillet 1936 à mars 1937 (estimés à 3000 ). Dans un discours radio repris pour cette cérémonie symbolique, ce dernier se félicitait du sort funeste réservé à ces femmes coupables de penser autrement.

« Il faut semer la terreur, il faut répandre une sensation de domination en éliminant sans scrupules ni hésitations tous ceux qui ne pensent pas comme nous. »

Seville, juillet 1936.

Le 23  juillet 1936 il éructe à la radio une véritable apologie en forme de justification du des femmes par les troupes factieuses. 

Seville, 24 mai 2013.

Parcourant vêtues de deuil le quartier de la Macarena où la fut particulièrement féroce, un groupe de femmes mène une action symbolique et extrêmement émouvante en hommage à toutes ces femmes humiliées, violées, assassinées par les hordes , en rebaptisant de leurs noms les rues de la ville où certaines d’entre elles avaient vécu.

Le point culminant de leur parcours est le dépôt d’une gerbe de fleurs blanches, portant des photos de femmes victimes, sur la pierre tombale du sanguinaire soudard dans la basilique où il est inhumé. Pour parachever leur courte manifestation, deux femmes dansent un sobre et douloureux flamenco, le zapateo de leurs talons martelant le nom du bourreau sur une copie de sa plaque mortuaire posée sur le parvis même de la basilique, cependant que résonnent les paroles de l’odieux discours.

À lire en http://www.eldiario.es/andalucia/Homenaje-mujeres-represaliadas-Quiepo-Llanos_0_136136480.html

Vidéo à regarder sur YouTube : http://www.youtube.com/watch?v=ZyxeauT-ac0

 

Articles contenant des mots-clés en relation

Author: IRIS - Mémoires d'Espagne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.