IRIS Mémoires d'Espagne

Le site de l’association IRIS pour la mémoire historique du camp républicain espagnol

La Honte au nom de la “réconciliation nationale”

Un hommage officiel aux anciens combattants de la División Azul sur le front russe. Un peu comme si en France, on remerciait au plus haut niveau de l’État les combattants de la Division Charlemagne…

Alors que l’Europe commémorait en mai 2013 la fin de la Seconde guerre mondiale, l’écrasement du national-socialisme et la libération des camps d’extermination nazis et en particulier de celui de Mauthausen où périrent près de 5 000 Espagnols sur les 7 000 qui y furent internés, un acte inadmissible se déroulait à Sant Andreu de la Barca en Catalogne.

Au cours d’un hommage rendu à la Guardia Civil, la déléguée du gouvernement espagnol en Catalogne, Maria de los Llanos de Luna, a remis un diplôme d’honneur au représentant de l’Amicale des Combattants de la “División Azul”, des volontaires phalangistes envoyés par Franco pour combattre sur le front de l’Est aux côtés de la Wehrmacht et de la Waffen SS pour certains.

La remise de diplôme à cette Amicale est une ignominie, une insulte à la mémoire des millions de personnes exterminées dans les camps de la mort. Mais il ne s’agit pas de l’acte isolé d’une irresponsable pouvant se cacher derrière l’ignorance de l’Histoire. Aucune voix ne s’est élevée au niveau de l’État espagnol et du Parti Populaire (PP) au pouvoir pour condamner ce geste et aucune réponse n’a été donnée aux demandes de démission ou de destitution exigées par l’ensemble des autres partis politiques.

Mais comment en être surpris alors que nous savons pertinemment que la majorité des institutions et la plupart des rouages du pouvoir, qu’ils soient politiques, judiciaires, économiques, financiers, religieux… continuent aujourd’hui encore à être occupés par les héritiers directs du franquisme.

Pour justifier ce geste scandaleux, la Direction générale de la Guardia Civil a rétorqué que toutes les associations représentées étaient légales, quant au gouvernement, il a sorti la “resucée” de la nécessaire “réconciliation nationale” !

Même si certains partis politiques institutionnels se livrent ici en France à une instrumentalisation de l’extrême-droite, on n’ose imaginer, que l’un de leurs représentants se compromette à honorer et décorer une poignée de vieillards revêtus de l’uniforme de la Milice pétainiste, comme en Espagne ils peuvent le faire avec un ramassis d’hitléros-phalangistes.

Pourtant ici en France, alors que, des profondeurs nauséabondes vomies par la bête immonde, remontent et paradent au grand jour les nervis nazis et ils tuent un jeune militant anti fasciste, d’aucuns commencent à se dévoiler, faisant l’amalgame extrême-droite/extrême-gauche en les renvoyant dos à dos.

Il faut le dire et le répéter : le nazisme n’est pas une opinion, c’est un délit.

 

Articles en relation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Agenda

<<Juil 2018>>
lmmjvsd
25 26 27 28 29 30 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31 1 2 3 4 5

Notre association est membre de

Copyright © 2018 IRIS Mémoires d'Espagne
Plan du site de IRIS -Mémoires d'Espagne
PagesFlus RSSCatégories
Page d'accueil du siteFlux des publicationsArticles non classés
Articles publiésFlux des commentaires
Agenda de l'association
Nos galeries d'images
Qui sommes nous ?
Nous contacter
Devenez adhérent
La coordination « ¡ CAMINAR ! »