IIe République espagnole : 1931-2011 : 80 ans après, modernité et faiblesses d’une expérience démocratique unique

Du 11 avril au 16 avril, , capitale de l’Exil républicain , met à l’honneur l’héritage de la IIe République , proclamée il y a 80 ans. Nous revenons sur l’importance, à nos yeux, d’évoquer l’œuvre, même inachevée et incomplète, de la IIe République.

Le 14 avril 1931, deux jours après la victoire d’une coalition républicaine aux municipales, la IIe République est proclamée en .

Le peuple en liesse manifeste sa joie dans toutes les villes du pays exprimant ainsi l’immense espoir dans l’avènement d’une démocratie qui mette un terme aux décennies d’obscurantisme et d’oression qu’il subit. Il exigera rapidement que cet espoir trouve une traduction au travers de mesures sociales, politiques et économiques.

Dans un premier temps la República tente de répondre à cette soif de justice et de liberté en proposant un programme ambitieux de réformes : la séparation de l’Église et de l’État, la réforme agraire, le monocaméralisme, la réorganisation de l’armée, l’effort considérable sur l’éducation (40 % d’analphabètes en 1930), le statut d’ des régions, le droit de vote des femmes…

Le chômage qui s’accroît dans un monde en crise, la misère qui persiste, la radicalisation des luttes sociales devant les injustices qui perdurent et les dissensions au sein des coalitions de gauche voient le retour des droites au pouvoir en 1933. C’est le Bienio negro avec comme programme la volonté d’annuler les réformes laborieusement entamées.

Les grèves et les conflits sociaux vont alors se succéder pour atteindre un paroxysme avec la répression sanglante de la révolte des mineurs d’ en 1934 (2 000 morts, 20 000 prisonniers).

Entre une droite, soutenue par l’oligarchie terrienne et l’Église revancharde et ultra conservatrice, qui se radicalise et fait planer la menace d’un coup d’État,  et les puissantes organisations ouvrières (CNT et ) qui s’inscrivent de plus en plus clairement dans une démarche révolutionnaire, l’affrontement paraît inévitable.

Le 18 juillet, cinq mois après la victoire du Front populaire aux de février 1936, les forces armées déclenchent le coup d’État qui ensanglantera l’, abolira la légitimité de la République et fera peser durant plus de trois décennies, une chape de plomb fasciste tolérée par toutes les démocraties occidentales.

Ces journées, en retraçant quelques étapes essentielles de cette brève et très riche parenthèse républicaine, s’inscrivent dans une volonté d’en faire percevoir la modernité sans en occulter les faiblesses. Elles se veulent travail de mémoire pour arendre à lire le passé et ouvrir l’avenir.

Elles sont un hommage à tous ces hommes et toutes ces femmes antifascistes, combattants de la liberté, morts ou de l’intérieur et de l’extérieur, et à toutes les victimes de la répression . Mais surtout, elles souhaitent être une pierre dans la lutte qu’avec d’autres nous poursuivons, pour exiger réparation, justice, vérité et le rétablissement de la légalité républicaine.

Photo 14 avril 1931, la IIe République est proclamée dans la liesse populaire chez les partisans des partis républicains ayant remporté les municipales dans la majorité des grandes villes d’.

Articles contenant des mots-clés en relation

Avatar

Author: IRIS - Mémoires d'Espagne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.