Circuit de mémoire : Toulouse, les lieux de l’exil républicain espagnol 2/3

2. De la rue du Taur à la Bourse du Travail

69 et 71 rue du Taur
Au numéro 69, s’ouvrant sur une belle cour où se trouvait le Ciné Espoir, la Cinémathèque de Toulouse aujourd’hui, avaient lieu les représentations des groupes artistiques d’. Les activités culturelles y étaient très importantes : théâtre, zarzuelas (sorte d’opérette typiquement ), , chants, danses… La caractéristique principale est qu’il s’agit d’une authentique culture populaire créée par des gens qui travaillent et effectuent les répétitions après les heures de travail. On a ainsi pu voir le Malentendu d’Albert Camus en langue castillane. Et ceci sans aucune autorisation de traduction !

 

Que le festival de se déroule dans ce lieu peut se voir comme un symbole fort de la permanence de ces traces des és espagnols à Toulouse.

Au-dessus de cette salle, se trouvaient les bureaux du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) et à côté au numéro 71, ceux du Union générale des travailleurs ().

 

 

La bourse du Travail, place Saint-Sernin
Un des lieux de réunion du Parti communiste espagnol (PCE) jusqu’en 1950 puis plus tard en 1970 du Comité de l’Espagne anti-franquiste. Il servait parfois de plenos (réunion des militants) à la . Sur le côté, rue Merly, se trouvait le local de la section toulousaine de la CNT.

 

 

 

Articles contenant des mots-clés en relation

Author: IRIS - Mémoires d'Espagne

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.