Circuit de mémoire : Toulouse, les lieux de l’exil républicain espagnol 1/3

Ce parcours de mémoire est une contribution de l’association IRIS Mémoires d’ avec le Centre toulousain de documentation sur l’ (CTDEE) à la mémoire républicaine espagnole. La mairie de Toulouse a édité un dépliant sur cette thématique en trois versions (français, castillan et anglais) en collaboration avec les Archives municipales de Toulouse.

Dans les années 1940 Toulouse comptait environ 200 000 habitants. Dès la fin de 1938 et début 1939, après la défaite de la IIeRetirada.

1.La place du

De nombreuses anti- eurent pour point de rassemblement ou d’arrivée cette place. En 1946 déjà, José Giral, président du gouvernement espagnol en exil est reçu par le maire SFIO de Toulouse Raymond Badiou.

Les arcades du Capitole
Parmi les nombreux tableaux qui tapissent les caissons sous les arcades du Capitole, signés par le peintres Raymond Moretti, on remarque la reproduction d’une célèbre photo du photo-reporter Robert Capa. Il s’agit d’un milicien abattu en plein élan sur le front du Cerro Murciano, en . Cette photo est devenue emblématique de la d’Espagne (1936-1939). Parmi tous les événements de l’histoire de Toulouse, avoir retenir cette photo montre l’importance de l’exil.

 

 

Sous les arcades du Capitole, la vision superposée du peintre Raymond Moretti de la guerre d’Espagne : le républicain fauché par une balle du photographe Robert Capa et l’horreur de Guernica vue par Picasso.

 

Articles contenant des mots-clés en relation

Author: IRIS - Mémoires d'Espagne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.