1939-2019 : il y a 80 ans, la Retirada

5 février Journée internationale sur la Retirada

 Notre association continue de travailler avec d’autres (pour rappel, nous sommes membre de CAMINAR une coordination nationale composée maintenant de 17 associations à travers la France), à la réappropriation de la Mémoire Historique de l’Espagne Républicaine et sur les enjeux mémoriels actuels en France et bien sûr en Espagne.

 Lors des huitièmes rencontres transfrontalières d’octobre dernier, 11 associations espagnoles et 11 associations françaises ont décidé de lancer une

JOURNEE INTERNATIONALE sur la le 5 FEVRIER

jour où les autorités françaises ouvrent les frontières aux soldats de l’armée républicaine en déroute.

photo

Nous présenterons le mardi 5 février 2019

le film «  d’Argelès » de Felip Solé

au Utopia de Tournefeuille à 20h30.

La séance sera suivie d’un débat avec François Boutonnet, cinéaste spécialiste du sujet.

 Notre but est toujours de garder vivantes l’histoire et les valeurs de ces Espagnols qui après trois ans de guerre dans leur pays ont dû s’exiler en France et ailleurs pour échapper à la répression franquiste et au régime dictatorial installé dès avril 1939 en Espagne.

Mais beaucoup de ceux qui sont restés en Espagne ont subi cette répression. Nous présentons donc également le documentaire

« Le des Autres » de Almudena Carracedo et Robert Bahar  lundi 14 janvier 2019 à 20h30 en avant-première française au Utopia de Tournefeuille également suivi d’un débat animé par Amane Gogorza, professeure de UT Capitole Maître de conférences, spécialiste en Droit privé et sciences criminelles, et Michel Martinez, professeur de UT Capitole, Maître de conférences, spécialiste en langues romanes.

Après la mort de Franco, en 1977, l’Espagne vote la loi d’amnistie générale qui libère les prisonniers politiques mais interdit également de juger les crimes franquistes.

Ascensión souhaite exhumer les os de son père enterré dans un charnier.

José ne comprend pas comment il peut habiter à quelques mètres de son ancien bourreau.

María aimerait retrouver la trace de son enfant, volé à la naissance.

Dans un pays encore divisé sur la question de la mémoire, des citoyens espagnols, victimes des exactions de la dictature, saisissent la justice à l’étranger, en Argentine, pour rompre le « pacte de l’oubli » et faire condamner les coupables.

Pour retrouver cette programmation et la suivante, vous pouvez suivre ces liens vers la gazette (voir les pages 36 et 37):

On retrouve la description des films ici aussi:
Nous espérons vous voir à ces diverses occasions!

Articles contenant des mots-clés en relation

Avatar

Author: IRIS - Mémoires d'Espagne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.